MenuMenu

Archives des infos

Transportes Cepelludo – Répartition des risques

mai 2019

The route to the village of Salces, high in the mountains of the Spanish province of Cantabria, runs along the beautiful artificial lake at the source of the main river in Spain, the Ebro. The mountain tops on the horizon are more than 2,500 metres high and even on a hot summer’s day they still have snow on them. The people living in the mountains are hard workers, shaped by the cold winters and hot summers. And exactly in a cold winter on the mountainside, that’s where the history of Transportes Cepelludo begins. An interview with angel perez salces.

D’où vient le nom de Cepelludo ?

Angel : « Pour raconter l’histoire du nom de Cepelludo, nous devons revenir aux années cinquante. Ici, dans les montagnes, tout le monde était pauvre et, en hiver, le travail se faisait rare, mis à part la coupe de bois dans la forêt. Mon père – quand il était jeune – pouvait à peine quitter son lit le matin. Une fois, il avait trop dormi, et il devait rejoindre l’équipe de travail à vélo jusqu’à la forêt. Il était arrivé tout en sueur, car le village de Salces est à environ 500 m en montant vers le sommet de la montagne. Cette montagne s’appelle le Cepelludo. Depuis ce jour, mon père est surnommé « Cepelludo ». Et il l’est toujours. »

Angel Peres Salces
Angel Peres Salces

Comment Transportes Cepelludo a-t-il vu le jour ?

Angel : « Mon père a commencé en 1965 avec un camion. Au début, il transportait dans la région, mais il est vite allé aux ports de Santander et Bilbao. Il y avait plus de travail qu’avec nous dans les montagnes. Vers 1970, le premier bateau a été transporté et mon père s’est vite rendu compte du potentiel du transport de bateaux. Pour les bateaux, des remorques spécifiques étaient nécessaires, et ce fut également le point de départ de notre spécialisation plus poussée dans le secteur du transport exceptionnel. Au début, tout était très simple, mais dès 1985, Cepelludo s’est entièrement spécialisé dans le transport exceptionnel et le transport de bateaux. Mon père est mort en 2002. Avec mon frère Javier, nous avons poursuivi l’entreprise de notre père. Nous sommes heureux que la prochaine génération ait hérité de notre fascination pour le transport exceptionnel. Mon neveu Francisco travaille au service logistique avec moi et mon autre neveu, Javier, participe activement au planning des transports de bateaux. »

Deux départements : transport exceptionnel
et bateaux

Angel : « Cepelludo est spécialisé dans le transport de yachts depuis longtemps. Au début du printemps et de l’automne, nous transportons de nombreux yachts de la côte atlantique à la mer Méditerranée, et inversement. Les bateaux ne sont pas si lourds, et cela simplifie la demande d’exemptions en Espagne. Pour le transport de yachts, nous avons des remorques néerlandaises Draco très spéciales. Cela nous permet de limiter la hauteur autant que possible. Nous utilisons cinq combinaisons fixes pour le transport de bateaux. Au total, notre flotte comprend 25 camions et presque deux fois plus de remorques. Notre travail est très exigeant en main d’œuvre. Parfois, nous préparons un projet de transport des mois à l’avance. Nous pensons pouvoir offrir une meilleure qualité et un service amélioré en tant que petite entreprise, nous ne développerons certainement pas notre flotte. »

Cepelludo est une vraie entreprise familiale

Angel : «Mon frère Francisco et moi-même avons évolué dans le secteur des camions. Nous avons clairement réparti les tâches au sein de l’entreprise. Je m’occupe de la direction générale, mon frère est responsable de la planification et son fils est chargé de planifier les transports de bateaux. »

Une grande partie de vos remorques arrive des Pays-Bas.

Angel : « En 1998, nous avons acheté la première remorque Nooteboom auprès du père de Luis Macias de Trainar. La dernière remorque livrée est la 21ème ou la 22ème, je ne sais pas exactement. La répartition de notre flotte est simple : pour les charges jusqu’à 100 t., Nooteboom est le meilleur fabricant de surbaissées et d’extra-surbaissées en Europe. Nous sommes tout particulièrement satisfaits de la Manoovr. Pour le transport de bateaux, aucune solution adaptée nous convenait dans le programme de Nooteboom. Grâce à Dick Nooteboom, nous avons pris contact avec Draco. Ils ont exactement répondu à nos besoins en matière de transport de yachts. Pour le segment modulaire à partir d’une capacité de chargement de 100 t., nous faisons partie des clients réguliers de Scheuerle. L’expérience nous a prouvé que vous pouvez travailler avec l’équipement le plus moderne de manière plus efficace. Les progrès techniques se poursuivent, et nous constatons qu’une remorque Nooteboom de 2018 a clairement de meilleures caractéristiques qu’une remorque d’une dizaine d’années. Les coûts de réparation et de maintenance diminuent également. C’est pourquoi, nous essayons de remplacer toute notre flotte dans les six années. Cela nous permet de nous tenir à jour. Sur un plan technique, une remorque Nooteboom peut durer plus longtemps. Nous le savons, car nous disposons toujours d’une remorque Nooteboom, vieille de 18 ans. En remplaçant les remorques, nous examinons plus en détail les solutions innovantes entreprises par nos clients. Ces dernières années, la charge est seulement devenue plus haute, plus large et plus lourde. Nos remorques Nooteboom se sont adaptées en conséquence. »

Est-ce que vous sous-traitez les opérations de levage ?

Angel : « Nous connaissons les camions, mais nous en savons beaucoup moins sur les grues. Si nous avons besoin d’une grue, nous pouvons en louer une n’importe où. En Espagne, il y a une concurrence déloyale entre les entreprises de location de grues. Nous disons parfois : ‘En Espagne, il y a plus de grues que de bouteilles de bière.’ »

Ceppeludo Office
Le bureau de Cepelludo à Salces
Ceppeludo trailers
Cepelludo est un client de Nooteboom depuis de nombreuses années

Contrôles

Angel : « En Espagne, la police contrôle régulièrement les véhicules de transport exceptionnel. Étant donné que nos exemptions sont correctes et que notre équipement est parfaitement entretenu, nous avons rarement eu des problèmes lors de contrôles menés par les autorités espagnoles.

L’Europe est-elle un atout pour votre entreprise ?

Angel : « Sans l’Union européenne, nous n’aurions pas pu créer récemment cette entreprise. Le passage à l’euro a largement facilité nos opérations de paiement, et nous sommes persuadés que l’Union européenne a contribué à aider l’Espagne à sortir de la crise. Nous sommes des européens convaincus. »

Ceppeludo-1
Les charges sont de plus en plus lourdes, c’est pourquoi les remorques Nooteboom que nous achetons deviennent également plus lourdes
Ceppeludo-2
EURO-PX extra-surbaissée avec col de cygne mobile hydraulique pour le transport de yachts
Ceppeludo-3
Météo magnifique en Espagne, mais dans les montagnes, la neige peut tomber jusqu’à la fin du printemps

Énergie éolienne

Angel :« Les commandes dans le secteur éolien varient énormément. Des efforts considérables sont réalisés en une année, et l’année suivante les projets sont reportés. Nous ne voulons certainement pas dépendre des transports de parcs éoliens. En répartissant notre travail sur différents clients et secteurs, nous courons beaucoup moins de risque. Nous recherchons également un équipement multifonction pour l’achat de nos remorques, nous permettant de transporter une machine de chantier aujourd’hui, des éléments en béton demain et peut-être une nacelle d’éolienne le jour suivant. Nos remorques Nooteboom sont adaptées à une large gamme de charges. »

Collaboration avec les homologues européens

Angel : « Dans presque tous les pays européens, nous avons un partenaire avec qui nous travaillons depuis des années. Aux Pays-Bas, nous travaillons souvent avec des entreprises comme Van der Vlist, Van Wieren et Van Santen. Ces entreprises professionnelles et dignes de confiance disposent de bons chauffeurs et d’un équipement de qualité. Il nous a fallu des années pour créer ce réseau. Elles sont fiables, et c’est ce que nous attendons de nos partenaires européens. »

Garanties

Angel : « Dans une partie de l’Espagne, il est obligatoire d’effectuer un dépôt en cas d’éventuels dommages sur la route. Ces montants peuvent rapidement s’accumuler, car si nous allons, par exemple, d’Irun à Madrid, nous traverserons provinces différentes. Le dépôt peut alors rapidement atteindre un montant supérieur à 10 000 €. En Galice, un montant de 6 000 € par trajet est très courant, et nous ne voulons pas conduire en Catalogne, car les règles sont bien plus compliquées. Les dépôts ne s’appliquent qu’aux transports de catégorie ‘Exceptionnelle’ avec un poids total supérieur à 110 t. »

Les transports spécialisés ne peuvent être réalisés sans un personnel spécialisé

Cantabrie

Angel : « Salces, le village où est basé Transportes Cepelludo, est niché dans la cordillère Cantabrique. La route traverse le fleuve Èbre, qui prend sa source, trois kilomètres plus loin. Long de 928 km, l’Èbre est le plus grand fleuve d’Espagne. Le bassin versant débute dans la cordillère Cantabrique, puis descend en direction de la mer Méditerranée. Le nom du fleuve était également utilisé comme marque commerciale des camions Ebro, construits en Espagne jusque dans les années quatre-vingt. Les sommets atteignent plus de 2 500 m d’altitude et restent recouverts de neige même en été. L’année dernière, Salces a encore eu une lourde chute de neige. La distance pour atteindre le port maritime de Santander est d’environ 70 km. Pour un transport lourd de Santander à Salces, c’est une montée sérieuse car il y a une différence d’altitude de près de 1 000 mètres. »

Share this article:

Que réserve l’avenir pour Cepelludo ?

Angel : « Nous allons nous spécialiser encore plus dans le secteur du transport de machines et les délocalisations industrielles. En Espagne, pour les convois supérieurs à un poids total de 110 t., une expérience approfondie est exigée, non seulement en matière de demande d’exemption, mais également de route. Nos chauffeurs ont de nombreuses années d’expérience, et grâce à leurs connaissances spécialisées, nous pouvons offrir à nos clients une meilleure qualité que les entreprises de transport étrangères. Notre priorité n’est pas d’élargir notre capacité de stockage, car pour cela, notre emplacement à Salces n’est pas assez stratégique. En ce moment, nous cherchons à savoir quel type de tracteur est adapté aux transports de matériaux très lourds. Ce tracteur doit au moins avoir un convertisseur de couple ou, peut-être ce sera un tracteur équipé d’un coupleur ralentisseur hydrodynamique. »

Chez les Transportes Cepelludo, tout donne une image de fiabilité. Des tracteurs Volvo parfaitement entretenus, les remorques Nooteboom les plus modernes, et – surtout – des chauffeurs très expérimentés. Pour un convoi supérieur à 110 t. à travers l’Espagne, vous ne pouvez pas ignorer Cepelludo.